femme qui se tient la tête qui souffre de migraine

Migraines

La migraine est un trouble touchant près de 10% de la population. Les traitements médicaux sont de plus en plus puissants et invasifs alors que l’ostéopathie peut être une aide considérable et amener un soulagement important.

Les migraines et céphalées sont le plus souvent localisées dans les régions temporales, orbitaires ou occipitales, de nature pulsatile ou non, et sont plus ou  moins associées à des signes d’accompagnement tels que des vertiges, des nausées, allant parfois jusqu’au vomissements, une photophobie, une intolérance aux sons.

Il existe plusieurs types de migraine:

Migraine commune: avec une douleur souvent latéralisée d’un coté , amplifiée par les mouvements et accompagnée parfois de nausées pouvant durer jusqu’à 72 heures sans traitement.

Migraine accompagnée: des signes précèdent la crise tels que fourmillements, paralysie partielle temporaire, disparaissant en 1 heure environ pour laisser la place à la douleur crânienne.

Migraine ophtalmique: accompagnée de phénomènes visuels particuliers.

Le stress, les émotions ou contrariétés, peuvent déclencher ou aggraver les douleurs. Le facteur alimentaire est aussi retrouvé ainsi que les phases d’ovulation ou de menstruation.

Enfin l’ atteinte de la mobilité de la colonne cervicale et de la base du crâne peuvent aussi déclencher une crise migraineuse.

Sciatiques

La sciatique est la douleur du nerf du même nom. Cette douleur, le plus souvent d’origine mécanique et inflammatoire, fait partie de la famille des névralgies du membre inférieur.

L’inflammation se situe en général à l’émergence du nerf, au niveau de la colonne lombaire et prend alors le nom de lombo-sciatique.

Les sciatiques les plus fréquentes sont dites « communes », sans atteinte anatomique, et entrent dans le domaine fonctionnel, donc dans le champ d’action de l’ostéopathe. Elles représentent plus de 80 % des sciatiques.

La sciatique est un vrai de problème de santé publique car elle représente 435 000 cas par, 13 millions de journées d’arrêt de travail, dont plus de 8 millions sont indemnisées par l’assurance maladie.

Les signe de la lombo-sciatique montrent:

  • Une douleur lombaire.
  • Une irradiation douloureuse dans le membre inférieur.
  • Des sensations de fourmillements, derrière la cuisse, au mollet et au pied.
  • Une diminution de force au membre inférieur,
  • Une perte de sensibilité locale de la zone innervée par le nerf sciatique.

La douleur sciatique est trop souvent associée à la présence d’une hernie discale retrouvée lors d’un examen complémentaire (IRM, scanner). Mais c’est rarement le cas et le plus couramment, le phénomène compressif n’est pas le fait d’une hernie.

L’ostéopathie, si est appliquée de manière douce, adaptée et sécuritaire (sans manipulation articulaire) ne présente pas de contre indiction à la prise en charge des sciatiques même si une hernie discale est sous-jascente.

Cruralgies

Comme la douleur sciatique, la cruralgie est une douleur nerveuse à l’origine de la compression du nerf du même nom, le nerf crural.

La douleur nerveuse touche ici la partie externe de la hanche, l’aine et la face avant de la cuisse. La douleur augmente lors de la toux  et la défécation, et de façon générale en position assise.

La cruralgie peut également s’accompagner de fourmillements et perte de sensibilité au niveau des membres inférieurs. Une perte de force musculaire est généralement associée.

Névralgies cervico-brachiales

Les névralgies cervico-brachiales ou NCB sont des douleurs dans les bras dues à une compression nerveuse ou irritation d’une racine nerveuse d’origine cervicale agissant de la même manière que dans les douleurs sciatique ou crurale.

Cette irritation peut avoir pour origine un blocage vertébral, de l’arthrose cervicale  et les douleurs sont assez handicapantes puisque elles sont maximales pendant la nuit.

Ces douleurs sont elles aussi trop souvent associées à la présence d’une hernie discale. Encore une fois dans la majorité des cas, le phénomène compressif n’est pas le fait d’une hernie.

L’ostéopathie, si est appliquée de manière douce, adaptée et sécuritaire (sans manipulation articulaire) ne présente pas de contre indiction à la prise en charge des névralgies cervico-brachiales même si une hernie discale est sous-jascente.

Névralgies d’Arnold

Les névralgies d’Arnold ont pour origine la compression du nerf du même nom.

La douleur ressentie suit le trajet du nerf, d’un côté ou l’autre de la tête, depuis la base du crâne (au niveau de la jonction entre l’occiput et les premières cervicales) jusqu’à l’avant.

Le nerf d’Arnold innervant le cuir chevelu, lorsqu’il est irrité la douleur ressentie est dite « en casque ».
La douleur est violente et d’apparition brutale

Névralgies faciales

Appelée également « névralgie du trijumeau », la névralgie faciale correspond à l’irritation de l’une des 12 paires de nerfs crâniens qui innervent le visage, le nerf trijumeau, ou nerf numéro 5.

Elle se manifeste par de vives douleurs qui touchent un côté du visage. La douleur, semblable à des décharges électriques, survient lors de certaines stimulations aussi banales que de se brosser les dents, boire, mastiquer ses aliments, se raser ou sourire. On sait que 4 à 13 personnes sur 100 000 sont concernées par la névralgie faciale.

Autre signe caractéristique de la maladie, l’existence d’une contraction des muscles faciaux liée à la douleur, semblable à une grimace ou à un tic.

Névralgies intercostales

Ces névralgies se traduisent par une douleur qui peut irradier sur tout un coté de la cage thoracique, géner la respiration, être inconfortable lors des éternuements voir même engourdir le bras du côté du blocage.

L’ostéopathe peut résoudre ce soucis efficacement et va travailler au niveau costal, au niveau vertèbral, faire un travail endo-thoracique et repérer quels sont les organes viscéraux en relation avec la zone costale incréminée.

Le soulagement est généralement immédiat et les signes associés (engourdissement du bras…) s’estompent rapidement dans les quelques jours qui suivent la consultation.

                       Eve-Laure THOUILLOT Ostéopathe à Bordeaux