Mater Cesarienne

Césarienne et ostéopathie

Césarienne et ostéopathie

La césarienne est une opération qui consiste à une incision dans l’utérus de la femme afin d’extraire le nouveau-né visant ainsi à diminuer les risques pour la santé chez la mère et le foetus lors d’un diagnostic défavorable à un accouchement par voie basse ou en cas d’un travail qui se complique.

Les césariennes peuvent être pratiquées lorsque plusieurs cas se présentent, ou peut être parfois le résultat d’une cascade d’interventions obstétricales menées en fin de grossesse :

  • Une deuxième grossesse lorsque le premier accouchement a déjà nécessité une césarienne selon les cas (le corps médical essayera de l’éviter),

  • Certaines présentations du bébé par le siège,

  • Lorsque la fréquence cardiaque du fœtus est anormale durant la période du travail,

  • Une dilatation du col de l’utérus ou de la descente du bébé qui ne se font pas,
  • Chez de certaines naissances de jumeaux

Plusieurs mythes s’entretiennent au le sujet de la césarienne, et il est important de rétablir la réalité de la femme enceinte et de son accouchement :

  • De nombreuses femmes pensent que la césarienne prévient ou diminue l’incontinence urinaire, or il n’existe aucune preuve scientifique le prouvant.
  • Au sujet d’une meilleure vie sexuelle après la naissance du bébé avec césarienne, les études scientifiques montrent qu’il semble qu’il n’y ait aucune différence quel que soit le type d’accouchement.
  • De nombreuses personnes pensent que la césarienne est l’unique solution pour accoucher d’un gros bébé, alors que cette décision ne doit se prendre uniquement pendant le travail et non avant.
  • Même si par le passé les bébés se présentant par le siège naissaient systématiquement par césarienne, les associations médicales recommandent aujourd’hui selon les circonstances un accouchement naturel.
  • Pour les naissances gémellaires, il est souvent possible d’accoucher par voie basse.

Cependant une polémique persiste en ce qui concerne les premiers contacts avec le bébé. La majorité des hôpitaux encourage le contact peau à peau entre la mère et le nouveau-né dès sa naissance. Mais les routines des salles d’opération et de réveil dans certaines situations peuvent retarder les premiers contacts avec le bébé.

La majorité des femmes peuvent envisager d’avoir un accouchement par voie basse après une césarienne. Les conditions de réussite sont directement liées avec les causes de la première césarienne et l’évolution de la seconde grossesse. Ces conditions de réussite doivent être réévaluées tout au long de la grossesse jusqu’à l’accouchement.

En plus de la satisfaction pour certaines femmes d’avoir donné naissance par voie naturelle, un accouchement par voie basse après césarienne permet un contact immédiat entre la mère et l’enfant, favorisant un allaitement optimal.

La cicatrice de la césarienne

La possibilité d’envisager un accouchement vaginal après une césarienne est aussi relié à l’emplacement, la forme et la qualité la cicatrice de celle ci, par exemple si plusieurs plans (niveau de tissus) ont été incisés. Par conséquent, la cicatrice se situe sur la peau mais aussi sur d’autres organes internes dont l’utérus.

La qualité de la cicatrice de la césarienne peut être aussi associée aux soins médicaux ou aux complications qui peuvent survenir après l’accouchement. Le processus de cicatrisation se déroule sur plusieurs semaines après la césarienne. Des douleurs ou sensations désagréables peuvent subsister pendant les 2 premiers mois. Lorsque la convalescence est complète, il est recommandé à la femme de se familiariser avec sa cicatrice par des massages doux afin de prévenir les adhérences ou autres complications.

Césarienne et ostéopathie

De plus en plus de médecins et de sage femmes recommandent de consulter un ostéopathe pour effectuer un travail sur la cicatrice de la césarienne. En effet, la cicatrice extérieure peut sembler parfaite mais les tissus internes tels que l’utérus peuvent avoir des adhérences locales et à distance.

Le travail de l’ostéopathe sera alors d’évaluer les structures qui auront subi des changements significatifs suite à la grossesse, à l’intervention chirurgicale et à la présence de la cicatrice. Les tissus cicatriciels et adhérences causés par la césarienne occasionnent souvent une altération de la souplesse des tissus de soutiens près de la cicatrice et ceux à distance. Cette modification dans la structure des fascias peut être responsable de tensions et de douleurs situées dans l’utérus, dans les organes avoisinants ainsi que dans d’autres structures tel que le bassin, le thorax, la colonne vertébrale, le crâne etc.

Ainsi l’ostéopathe favorisera une cicatrisation et une compensation les meilleures de la chirurgie après un accouchement par césarienne, et redonnera une mobilité et une santé tissulaire optimales aux tissus cicatriciels, afin mettre toutes les chances du coté d’un deuxième accouchement par voie basse quand les cas le permettent.

  Eve-Laure Thouillot Ostéopathe à Bordeaux, Bassins à flot

Cet article comporte 1 commentaire

  1. Grimal Halima

    Je ne saurais trop recommander la démarche holistique de madame E.L. THOUILLOT : écoute, prise en compte de l’histoire personnelle et approche douce et efficace.
    Merci pour votre aide!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *